Électre : « Cela a un très beau nom, cela s’appelle l’aurore ». Giraudoux passe en effet pour le chantre" />



Nos thématiques

Arts de la scène
Géographie
Cultures Antiques
Linguistique
Sciences de l'éducation
Volcans
Informatique / Modélisation
Interdisciplinaire
Sciences et technologies


Espace Auteurs



Informations pratiques



Recherche

Titre, auteur, mot clé...





Catalogue



Nos tutelles





Catalogue

  • CAHIERS GIRAUDOUX > Cahiers Jean Giraudoux > 2012

    Commencer... sans fin

    Ouvertures et clôtures dans les romans de Giraudoux

    Numéro 40

    Auteur : Lépron Myriam

    On connaît la fin d’Électre : « Cela a un très beau nom, cela s’appelle l’aurore ». Giraudoux passe en effet pour le chantre des origines, des commencements... c’est pourquoi il a paru opportun d’étudier la façon dont « commencent » ses œuvres, en particulier ses récits. Mais rien ne sert de commencer ; il faut finir à point... Or la fin est précisément ce que l’auteur élude, retarde, peine à exécuter ; dès lors, bien souvent, les fins promettent des recommencements infinis...

    >Accueil
  • photo

    ISBN papier : 978-2-84516-603-5

    ISBN PDF : 978-2-84516-604-2

    ISBN EPUB :

    Nombre de pages : 275

    15 € (papier), 10 € (pdf)

    Commander en ligne

    >Table des matières

    >Table de presse

    >Bon de commande